Comprendre la psychologie du chat est essentiel pour une cohabitation heureuse et sereine. 

La psychologie du chat n’est pas facile à appréhender et à comprendre. Cet animal relativement silencieux et peu démonstratif (la plupart du temps) n’est en effet pas évident à décrypter. Pourtant, derrière cette réserve de façade se cache un être complexe et très intéressant.

Comprendre la façon dont les chats pensent et perçoivent le monde qui les entoure est essentiel. Cela vous permettra notamment de construire une relation sereine et apaisée avec votre animal de compagnie. Car, si ce dernier est généralement solitaire et indépendant, il a également beaucoup à vous offrir.

Le chat, cet animal réputé pour être égoïste

La vision est quelque peu caricaturale, mais elle n’est néanmoins pas sans fondement. De façon schématique, le chat est autonome et n’a besoin de personne. Il n’a pas besoin de vous, et il n’a pas besoin de ses congénères. Si le chien a un penchant naturel pour la vie en groupe, pas le chat. En règle générale, il est solitaire : pour lui, une simple présence est souvent d’abord considérée comme une menace.

Le comportement du chat est avant tout centré sur… lui-même. Oui, c’est indéniable, il aime ronronner lorsqu’il est sur vos genoux. C’est appréciable et adorable mais, encore une fois, le chat cherche avant tout à se faire plaisir en adoptant cette attitude. En effet, le ronronnement entraîne la production et la libération de sérotonine dans son organisme. Cette molécule favorise la transmission d’un message entre les neurones (c’est un neurotransmetteur) et fait office d’antidépresseur : elle permet de diminuer son stress et donc d’améliorer son bien-être. Il se passe exactement la même chose lorsqu’il se frotte contre vous. Cela lui permet de secréter des phéromones, et de s’apaiser par la même occasion.

Ce tableau peu flatteur ne doit cependant pas occulter certaines de ses qualités. En effet, le chat est capable de comprendre et de ressentir de nombreuses choses. Ainsi, il sait deviner lorsque son maître ne va pas bien : il peut même manifester des gestes affectueux dans ce cas précis. Oui, le félin est capable d’empathie, même s’il convient de relativiser : si ce comportement est adopté par certains, d’autres, au contraire, préfèrent s’éloigner face à une telle situation.

Comment le chat voit-il son maître ?

La facilité avec laquelle le chat prend ses marques au sein de votre foyer est parfois déconcertante. À peine est-il arrivé que ses habitudes sont déjà bien ancrées : il sait où il mange, où il dort et où il fait ses besoins. Et pas question de bouleverser cet équilibre ! La psychologie du chat domestique fait qu’il n’apprécie pas les changements. S’il y en a, comme dans son alimentation, ils devront donc être introduits très progressivement, pour lui laisser le temps de s’habituer.

Un attachement certain…

En quelques jours, le chat se sent chez vous… comme chez lui. Avec, en toile de fond, un seul et unique objectif : son bien-être sur le plan physique et psychologique.

En dépit des traits de caractère décrits plus haut, il n’est pas indifférent à son maître. Votre présence n’est pas invisible, bien au contraire : il l’apprécie, et il peut rester proche de vous une bonne partie de la journée… Il reconnaît votre voix et le bruit de vos pas. On a même vu des chats se laisser mourir après la disparition de leur maître. Mais, parallèlement à toutes ces marques de sympathie, le chat est aussi capable de vous quitter du jour au lendemain si l’environnement que vous proposez ne lui convient plus.

Le miaulement du chat ne s’adresse qu’à vous (une fois qu’il ne s’agit plus d’un chaton). En effet, les chats adultes ne communiquent pas entre eux par ce biais. De votre côté, vous pouvez lui transmettre vos intentions grâce à votre posture et aux intonations de votre voix. Ne vous placez pas trop loin de lui car, si l’acuité visuelle du chat dans l’obscurité est souvent mise en avant, on oublie souvent qu’il est extrêmement myope.

… mais relatif !

Une étude récente et particulièrement édifiante permet de comprendre tout sur la psychologie du chat. Ce travail, réalisé par Jennifer Vonk et Moriah Galvan, repose sur un principe extrêmement simple : il s’agissait de réunir douze chats et leurs maîtres, et de demander à ces derniers de manifester successivement plusieurs émotions. Le résultat a permis de conclure à une interaction prometteuse.

Lorsque l’être humain montrait de la joie, cela avait un effet positif sur l’animal, qui se manifestait par des ronronnements, une proximité corporelle… Au contraire, lorsque son maître ne souriait plus, le chat prenait rapidement ses distances. Mais lorsque, par la suite, les chats ont été associés à de parfaits inconnus, les résultats ont été strictement les mêmes ! Les marques d’affection ou le manque d’intérêt que les chats manifestaient étaient les mêmes, qu’ils connaissent l’être humain depuis toujours ou qu’ils le voient pour la première fois.

Ce résultat quelque peu déconcertant s’explique par le fait que lorsque vous souriez, le chat est capable d’y associer une émotion. Mais c’est l’opportunisme qui dicte alors sa conduite : il sait qu’il s’agit du moment propice pour récolter une caresse ou tout autre soin réconfortant. En l’absence de sourire, il perçoit que nous n’avons pas de temps pour lui. Nous perdons dans ce cas tout intérêt, et il choisit d’aller voir ailleurs.

Cette étude semble indiquer que le chat n’est pas réellement capable d’empathie : il aurait simplement appris à interpréter une attitude… dans son propre intérêt.

Le chat est exigeant

On ne peut pas analyser la psychologie du chat en mettant de côté ce trait de caractère. Votre animal de compagnie a une alimentation préférée, une litière de prédilection, un lieu de repos favori. Une fois que ces habitudes sont adoptées, il est difficile, de lui proposer/imposer autre chose.

Si le chat dort énormément - environ seize heures par jour - il ne le fait pas aux mêmes moments que vous. On pourrait presque dire que lorsque vous vous endormez, il est au contraire en pleine forme. Cela peut se traduire de diverses façons, mais son agitation est rarement compatible avec votre sommeil.

Si la grande majorité des chats devient plus calme en prenant de l’âge, il est rare de pouvoir bien dormir lorsque l’on partage la même pièce que son animal de compagnie. Son instinct de prédateur passera avant vos besoins !

La personnalité du chat

Tous les maîtres l’affirment : leur animal de compagnie est unique et ne ressemble à aucun autre. Mais si l’on temporise ce jugement dicté par la passion, la question subsiste : le chat a-t-il réellement une personnalité ?

Une étude suisse, basée sur un échantillon conséquent de 212 couples possédant un chat, a permis de définir la personnalité d’un chat selon douze critères. Quatre dimensions ont ainsi été définies, qui permettent à ces animaux de se distinguer entre eux :

- actif, gentil, curieux et sociable ;

- émotif, amical et protecteur ;

- agressif, mauvais caractère ;

- timide.

Il est important de préciser qu’il ne s’agit pas de catégories fermées : un chat n’appartient pas exclusivement à l’une ou à l’autre. Sa personnalité est définie par la note qu’il reçoit dans chacune de ces catégories. Si l’étude ne manque pas d’intérêt, il convient toutefois de lire ses résultats avec prudence. En effet, ce ne sont pas les réels traits de caractère des chats qui ont été listés, mais la façon dont les maîtres les perçoivent.

Une certaine subjectivité est donc inévitable, même s’il a été prouvé, après avoir demandé à des non-propriétaires de définir le comportement des chats en général, qu’il existait de nombreuses similitudes entre les deux résultats.

La psychologie du chat en appartement

On estime qu’un chat a besoin de parcourir environ 500 mètres par jour et d’être stimulé par le monde qui l’entoure. Il a donc naturellement besoin d’espace. C’est pourquoi la psychologie du chat en appartement mérite d’être étudiée. Si l’on n’y prête pas attention, vivre dans un espace confiné peut être source de stress pour un chat.

Vous vivez en appartement ? Pour que votre animal puisse malgré tout bouger autant que sa nature l’exige, confectionnez-lui un parcours d’obstacles, dans lequel il sera notamment amené à bondir ! Prenez également du temps pour lui : de manière générale, un chat qui s’ennuie n’est pas heureux. Il faut donc lui proposer des jeux, le plus souvent possible. Lorsque vous êtes absent, laissez-lui à disposition une balle, une ficelle ou un autre jouet. Veillez à renouveler fréquemment ces passe-temps, pour éviter tout risque de lassitude.

Du point de vue de l’organisation dans l’appartement, il est primordial de bien séparer le coin nourriture de sa litière. De façon parfaitement compréhensible, le chat n’aime pas manger à côté de l’endroit où il fait ses besoins. En ce qui concerne l’endroit où placer la litière, elle doit être facile d’accès et dans un endroit discret, où le passage est réduit au strict minimum.

N’oubliez pas que votre chat possède un instinct de chasseur. À ce titre, il doit pouvoir vous observer, sans être vu en retour. Si c’est possible, faites-en sorte que votre appartement recèle de diverses cachettes (arbre à chat par exemple) !

philo

SATISFY THEIR NATURETM

Min 60% d'ingrédients d'origine animale

Les recettes CRAVE™ sont toutes élaborées avec des protéines animales de haute qualité car nous croyons que la véritable nature des chiens et des chats doit être reconnue et respectée.

HAUTE TENEUR EN PROTÉINES

Nos produits sont riches en protéines pour fournir les nutriments nécessaires et garder votre animal en pleine santé, avec la saveur qu’ils aiment et l’énergie nécessaire pour jouer.

SANS CÉRÉALES

Avec 0% de céréales dans chacun des produits, les chiens et chats peuvent profiter à 100% des protéines animales de haute qualité qu'ils aiment instinctivement.

Paramètres des cookies