L’allergie alimentaire chez le chat se manifeste par l’apparition de divers symptômes, qui peuvent nuire au bien-être de l’animal. 

L’allergie alimentaire chez le chat est susceptible d’intervenir à n’importe quel âge, sans distinction de sexe. Les symptômes qui la caractérisent sont nombreux et variés, et il convient, dès leur apparition, de réagir rapidement. Un chat souffrant d’allergie est considérablement gêné dans sa vie de tous les jours.

Afin de déterminer le ou les ingrédient(s) responsable(s) de l’allergie, un régime d’éviction doit être mis en place. Il s’agit d’un processus assez long, quelque peu contraignant, mais indispensable pour adapter le régime alimentaire de votre compagnon et ainsi améliorer sa qualité de vie.

Qu’est-ce qu’une allergie alimentaire chez le chat ?

L’allergie alimentaire est relativement fréquente chez le chat. Il convient toutefois de la distinguer d’autres réactions de rejet, qui peuvent survenir dans des cas différents : difficulté ou incapacité à digérer certaines substances, intoxication après avoir ingurgité des toxines, libération de substances dans le corps de l’animal… L’intolérance alimentaire est parfois provoquée par le lactose. Contrairement à une idée reçue, il n’est pas conseillé de proposer du lait à son chat adulte. Ce dernier n’est pas en capacité de le digérer, en raison de la disparition d’une enzyme dans son appareil digestif. C’est ce qui peut entraîner des troubles digestifs.

Une allergie alimentaire signifie que le système immunitaire du chat est impliqué. Ce n’est pas le cas dans les exemples précédemment cités. Ici, un composant de la nourriture est considéré comme un corps étranger, contre lequel l’organisme réagit. Cela entraîne la mise en place d’un mécanisme de défense et la libération d’une quantité élevée d’histamines. C’est la présence en de trop grande proportion de ce médiateur chimique qui entraîne l’allergie.

De nombreux ingrédients peuvent être à l’origine d’une allergie. Les protéines de bœuf, les œufs, le poisson sont les aliments les plus allergènes. Les céréales, en plus d’être parfois difficiles à digérer, peuvent également entraîner une allergie, tout comme certains agents conservateurs ou colorants.

L’âge du chat n’est pas un facteur favorisant l’apparition d’une allergie alimentaire : elle peut se manifester à n’importe quel moment de la vie de l’animal, même si celui-ci a le même régime alimentaire depuis des années. Les mâles et les femelles sont touchés de la même façon. En ce qui concerne les races, il est établi que le Siamois et le Burmese font partie des chats les plus touchés par les allergies alimentaires.

Quels symptômes ?

Les symptômes de l’allergie alimentaire chez le chat ne sont pas toujours évidents à déceler, car ils ne sont pas exclusifs. De plus, en fonction de la gravité de l’allergie, ils peuvent prendre des formes diverses. Quoi qu’il en soit, en cas d’apparition de certains troubles ou d’un changement dans le comportement de l’animal, il convient de consulter un spécialiste.

Certains signes permettent parfois de faire la différence entre une allergie et une simple intolérance. S’il s’agit d’une intolérance, on remarque en premier lieu des troubles digestifs (vomissements, diarrhées…). Si l’animal est allergique, il est possible qu’apparaissent également des problèmes dermatologiques, voire des complications respiratoires et neurologiques (dans les cas les plus graves).

Voici la liste des symptômes susceptibles de se manifester dans le cas d’une allergie alimentaire. Encore une fois, soyez vigilant dès qu’ils se manifestent et n’hésitez pas à consulter votre vétérinaire.

Les manifestations cutanées

Les problèmes dermatologiques sont relativement fréquents dans le cas d’une allergie alimentaire chez le chat. Les altérations ne se développent pas sur tout le corps, mais se concentrent généralement dans des zones bien précises. La zone du cou et du visage est ainsi la plus touchée. On peut facilement voir apparaître des rougeurs, des croutes, des plaies…

Une allergie alimentaire chez le chat se traduit souvent par une perte de poils associée. Certains animaux peuvent également développer une otite externe.

Les démangeaisons

Leur niveau de gravité est variable d’un cas à l’autre, mais un chat qui développe une allergie se gratte souvent, et de manière frénétique. La sensation d’inconfort est manifeste : en se grattant, l’animal cherche à se soulager.

Il arrive que le chat se lèche de façon excessive, ce qui rend sa peau visiblement plus rouge.

Les problèmes digestifs

Nous l’avons vu, ce ne sont pas des symptômes propres aux allergies alimentaires. Mais s’il souffre d’une allergie, il arrive que le chat présente des vomissements, des diarrhées ou une colite.

Le syndrome du côlon irritable peut également se manifester. Dans ce cas, l’inflammation entraîne une gêne assez importante pour l’animal.

Les changements de comportement

De manière assez naturelle, un chat qui est en souffrance ne se comporte pas comme il a l’habitude de le faire. Certains changements doivent ainsi vous alerter, d’autant plus s’ils s’installent dans le temps.

Il est assez courant qu’un chat souffrant d’une allergie alimentaire devienne moins sociable. Il ne recherche plus votre compagnie et il a tendance à se cacher, à l’abri des regards. La plupart du temps, l’animal ne joue plus et se montre plutôt amorphe. Il ne manifeste plus autant d’intérêt pour la nourriture. Dans certains cas, il peut se montrer hyperactif ou devenir agressif.

Une hyperesthésie (sensibilité exacerbée des sens) est enfin susceptible d’apparaître. Dans ce cas, les manifestations sont assez marquées et entraînent inquiétude et incompréhension chez les propriétaires :

-les pupilles sont dilatées, le regard de l’animal manifeste de la peur. Il peut fixer durant de longues minutes un point particulier ;

- sans raison apparente, le chat peut se mettre à courir très rapidement, comme il le ferait s’il était attaqué ;

- inconfort avec sa propre queue : celle-ci a des mouvements saccadés, et le félin peut même aller jusqu’à l’attaquer ;

- le chat ne supporte pas d’être touché, ce qui peut entraîner une réaction agressive lorsque c’est le cas. Cela concerne plus particulièrement la région du dos ;

- le rolling skin syndrome (RSS) : il s’agit d’une activation des muscles du dos. L’animal ressent alors un frisson dans toute cette zone. Attention toutefois, le RSS peut être déclenché par la présence de puces ou apparaître à la suite d’une piqûre.

Les symptômes respiratoires et neurologiques

Ils peuvent survenir dans les cas les plus graves. Des difficultés à respirer ou de l’asthme se manifestent.

Le chat peut parfois être victime de convulsions.

Le régime d’éviction

Pour mettre en évidence la présence d’un ingrédient allergène dans l’alimentation de votre chat, il convient de procéder à un régime d’éviction (ou régime par élimination). Le principe est simple : il s’agit de donner à votre animal, pendant une période de dix à douze semaines, un aliment qu’il n’a jamais consommé.

Comment le mettre en place ?

La plupart des aliments contiennent du bœuf, du poulet ou du poisson ; protéines que le chat a de fortes chances d’avoir déjà consommées au cours de sa vie. Il faut alors se tourner vers de l’agneau ou du lapin, accompagné de pommes de terre ou de riz. Attention : ce changement de régime alimentaire doit se faire sous la surveillance de votre vétérinaire. Il ne doit pas être prolongé au-delà de douze semaines.

Généralement, les symptômes de l’allergie disparaissent dans un délai de six à sept semaines. Si, à l’issue de la période indiquée, ils sont toujours présents, c’est que l’allergie alimentaire n’est pas à l’origine des symptômes.

Une fois la période de douze semaines achevée, il faut alors réintroduire chaque semaine l’un des « anciens » ingrédients de l’alimentation habituelle. Si le chat réagit négativement à l’un d’entre eux, il est fort probable que vous ayez décelé l’ingrédient coupable. Il est cependant possible que le chat soit sensible à plusieurs types de protéines. Il convient alors de poursuivre les essais afin de ne négliger aucune piste.

Conseils pratiques

Pour éviter les erreurs de diagnostic, il est impératif que le régime d’éviction soit mené dans des conditions strictes. Ce régime est long, assez contraignant, mais indispensable pour identifier et stopper l’allergie de votre chat, et ainsi améliorer sa qualité de vie. Voici les règles que vous devez respecter durant les douze semaines de test :

- l’animal ne doit rien manger d’autre que sa « nouvelle » alimentation. On évite donc à tout prix les restes, les friandises ou autres snacking;

- même si le délai est long, l’animal doit rester à l’intérieur du foyer dans la mesure du possible. Ceci pour éviter qu’il se nourrisse par d’autres moyens ;

- si vous lui donnez de la nourriture maison, la viande doit être bouillie. Ne pas ajouter de beurre, d’huile d’olive ou de sel. Il est tout à fait possible d’utiliser le bouillon ainsi obtenu pour la cuisson du riz ou des pommes de terre. Si vous achetez de la viande chez le boucher, il ne faut pas lui demander de la hacher, car cela peut entraîner la présence de l’ancienne alimentation que l’on cherche à éviter (bœuf, poulet…) ;

- si vous avez d’autres animaux de compagnie à la maison, il est préférable qu’eux aussi soient soumis à cette nourriture-test ;

- il est impératif de consulter votre vétérinaire à mi-chemin du régime. Son avis est précieux pour ajuster les quantités données à l’animal, afin que celui-ci conserve un poids optimal.

Quelles réponses à l’allergie ?

Théoriquement, le régime par élimination doit vous permettre de définir le(s) ingrédient(s) qui entraîne(nt) les troubles chez votre chat. Malheureusement, l’allergène concerné est souvent présent dans la majorité des aliments commerciaux.

Il existe cependant des croquettes pour les chats souffrant d’allergie alimentaire. Les protéines les plus souvent responsables de l’allergie sont exclues, ou bien présentes en si infimes quantités qu’elles sont sans effet sur l’animal.

De nombreuses gammes adaptées aux chats sensibles sont ainsi disponibles dans le commerce, avec la mention « hypoallergéniques ». Elles contiennent des protéines et des glucides faciles à digérer, ainsi que toutes les vitamines et minéraux indispensables à la bonne santé du chat. Si certains régimes diététiques à destination des humains sont peu appétissants, il n’en est heureusement pas de même pour les chats. Ces croquettes ou pâtées spéciales sont des aliments complets équilibrés particulièrement appétents, et très appréciées par nos animaux de compagnie !

philo

SATISFY THEIR NATURETM

Min 60% d'ingrédients d'origine animale

Les recettes CRAVE™ sont toutes élaborées avec des protéines animales de haute qualité car nous croyons que la véritable nature des chiens et des chats doit être reconnue et respectée.

HAUTE TENEUR EN PROTÉINES

Nos produits sont riches en protéines pour fournir les nutriments nécessaires et garder votre animal en pleine santé, avec la saveur qu’ils aiment et l’énergie nécessaire pour jouer.

SANS CÉRÉALES

Avec 0% de céréales dans chacun des produits, les chiens et chats peuvent profiter à 100% des protéines animales de haute qualité qu'ils aiment instinctivement.

Paramètres des cookies